top of page

2021 : Premiers pas d'un safranier

J'ai eu envie de cultiver le safran il y a plusieurs années. Parce que la fleur est belle et originale, parce que ses stigmates d'une couleur incroyable apportent une multitude de bienfaits, mais aussi parce que c'est une fleur qui se mérite. Elle est le fruit de soins minutieux : le plantage du bulbe, son entretien régulier, sa cueillette et son émondage délicats, tout est effectué à la main, sans machine, sans apports chimiques, sans bruit et sans pouvoir aller trop vite. Je cultive le safran, mais aussi la patience. Je trouve une nouvelle activité qui, après 20 ans passés dans le commerce, me permet de renouer avec une vie plus simple, plus proche de la nature, et plus en phase avec les valeurs.

Fils d'agriculteurs, j'ai repris en 2021 les terres familiales et je cultive le safran sur 5000 m2 à Crac'h, après avoir suivi un parcours 3P avec la chambre d'agriculture du Morbihan.


1ère année : formation, calibrage du projet, choix et achat des bulbes. Et puis organisation de la safranière "Terre Safrannée" en planches, confection d'outils spécifiques pour l'entretien, et dès la première année, quelques fleurs éparses.

Mon objectif : avoir un safran de haute qualité en culture principale, le commercialiser sous forme brute (les fameux pistils) et transformée. Vendre en circuit court, mais aussi sur internet. Et puis cultiver en complément, sur 4 hectares, du sarrasin et laisser le reste des terres en repos pour une exploitation biennale, pour une production de foin.

Première "vraie" récolte prévue en 2022!

36 vues0 commentaire

Comments


bottom of page